Comment sont imposés les revenus des SCPI ?

SCPI

Publié le : 13 août 20217 mins de lecture

Certes, l’immobilier est un secteur très prometteur. Le fait d’investir dans des SCPI permet un placement de capital dans un secteur à risque moyen. Les SCPI sont très convoitées par de nombreuses raisons. D’ailleurs, la fiscalité des SCPI est entièrement avantageuse. Il s’agit également d’un critère important que les investisseurs doivent prendre en compte. En effet, les revenus qui sont versés aux détenteurs de parts de SCPI sont imposables. De plus, la vente ou la donation de SCPI est fiscalisée.

Comprendre la SCPI ainsi que ses avantages

Une SCPI est une Société Civile de Placement Immobilier. Sa mise en place a pour but de favoriser l’investissement dans le monde de l’immobilier. Connue également sous le nom de Pierre Papier, la SCPI comprend un placement immobilier locatif. Elle distribue un revenu potentiel à ses associés. Ce sont des revenus qui correspondent aux loyers perçus au prorata des parts investies. Il s’agit, en fait, d’une acquisition de parts dans des parcs immobiliers par des particuliers. En effet, cela peut être des parcs immobiliers de bureaux, de commerces, d’habitations, etc. Il est à noter que la SCPI est gérée par une société de gestion agréée par l’AMF. L’investissement en parts de SCPI est avantageux pour le produit vu qu’il présente un scpi rendement de 4,18 % en 2020. Puis, sachez que c’est un placement qui est composé totalement d’immobiliers comme les résidences hôtelières, les commerces, etc. Ce type d’investissement est aussi aéré sur d’innombrables immeubles qui sont éparpillés dans les grandes villes françaises, voire dans toute l’Europe. Il se distingue ainsi par un risque mutualisé sur un effectif important d’immeubles, mais aussi de locataires. La SCPI ne présente aucune contrainte de gestion. Cela s’explique par le fait que sa gestion soit assurée par une société agréée. À part cela, elle garantit une liquidité bien organisée. Pour le client, l’avantage est la diversification de son épargne. Pour mieux comprendre le rendement des SCPI net de fiscalité, consultez le site scpi-invest.fr.

Quels sont les différents types de SCPI ?

Il existe deux types de SCPI dont le premier est le scpi rendement. L’objectif de celle-ci est de percevoir un revenu locatif net de charge. Elle est composée essentiellement de bureaux, de résidences d’hôtels et de murs de magasins. Entre autres, la SCPI de rendement regroupe les parcs immobiliers de commerces et de bureaux ayant des rendements plus élevés que la moyenne. On peut mentionner les SCPI bureaux, les SCPI de plus-values, les SCPI internationales et régionales comme catégories. Le second type est la SCPI fiscale. Le but de cette dernière est de générer une économie d’impôt sur le revenu. Et cela, selon la loi fiscale correspondante. Dans ce cas, la défiscalisation peut atteindre plus de 20 % de l’investissement. Plus exactement, les SCPI fiscales sont les sociétés civiles qui vous permettent de bénéficier des dispositifs de défiscalisation. On peut distinguer tout particulièrement la loi Pinel, la loi Malraux ainsi que les SCPI de déficit foncier. Il faut savoir que ce type de SCPI est composé d’immobilier résidentiel locatif. Il peut être, soit neuf, soit rénové, en France. En outre, les SCPI de rendement sont imposables. Quoi qu’il en soit, ces types de SCPI s’appuient sur les mêmes principes. Ce qui les différencie, ce sont leurs performances respectives.

Concernant l’imposition des revenus des SCPI

Les SCPI sont fiscalement transparentes. Les revenus des SCPI sont imposés au barème de l’impôt sur le revenu qui est majoré des prélèvements sociaux. Il y a l’imposition des loyers au régime micro-foncier. Ce régime s’adresse à ceux qui perçoivent des revenus fonciers issus d’un bien locatif non meublé à part ses revenus SCPI. Dans ce cas, ces personnes profitent d’un abattement forfaitaire d’environ 30 % sur les loyers touchés. Ce dernier doit couvrir, en fait, l’ensemble des charges liées au logement. Il est automatiquement appliqué par l’administration fiscale. Pour être éligible au régime micro-foncier, il faut que l’investisseur soit propriétaire d’un bien locatif. Ensuite, il faut aussi que les revenus perçus soient de moins de 15 mille euros dans l’année. Puis, l’imposition des loyers au régime réel pour ceux qui ont un revenu foncier de moins de 15 mille euros. Il est à préciser que le revenu foncier imposable est chiffré en soustrayant les charges des revenus locatifs. Cela concerne les dépenses des travaux, les frais et les intérêts d’emprunt, etc. En résumé, pour le régime réel, les revenus sont intégrés à l’assiette fiscale sans abattement. Ils sont, par contre, imposés au barème progressif de l’impôt sur le revenu, comme dit précédemment.

Le cas des loyers issus de l’étranger

Enfin, l’imposition des loyers d’immeubles qui se trouvent à l’étranger est totalement différente. La fiscalité des revenus fonciers issus de l’étranger diffère de la fiscalité du revenu foncier français. Sachez que des conventions fiscales ont été signées, entre la France et des pays étrangers, pour éviter la double-imposition. Dans la plupart des cas, les loyers sont imposés dans le pays où l’immeuble se situe. De là, les propriétaires jouissent d’une fiscalité plus adéquate que celle qui est appliquée en France. Ensuite, les SCPI investies à l’étranger ne permettent pas de déduire les intérêts d’emprunt. Ce qui implique qu’elles ne sont pas appropriées lors d’un projet d’investissement à crédit. Pourtant, ces dernières sont recommandées aux investisseurs qui sont en quête de compléments de revenus ou bien de retraite. D’ailleurs, c’est la meilleure option. Par conséquent, la technique pour imposer les revenus issus de l’étranger est regroupée en deux catégories. Premièrement, on distingue les pays qui sont éligibles à la méthode du taux effectif. Deuxièmement, il y a les pays étrangers qui sont éligibles au crédit d’impôt. Il convient de reconnaître que les SCPI investies en dehors de la France ne sont pas soumises aux prélèvements sociaux.

Plan du site